Du Lundi au Vendredi de 9 -12h / 14 - 18h

Votre assurance Auto avec COMPASSUR

Vous voulez assurer votre auto ?

La loi impose à tout automobiliste d'être assuré au titre de ce que l'on appelle communément la « responsabilité civile ». Cette assurance auto garantit l'indemnisation des dommages matériels et corporels qui pourraient être causés à des tiers par le conducteur de la voiture ou par ses passagers lors d'un accident. Un contrat d'assurance auto peut être limité à cette simple garantie ou inclure d'autres garanties. 

Il ne vous reste qu'à comparer tranquillement les offres des assurances, et à choisir celle qui vous convient le mieux ! Attention cependant à ne pas délaisser les garanties au profit d'un prix très attractif.

Pour effectuer un comparatif, vous avez besoin :

  • du mois d'échéance de votre contrat actuel si vous êtes actuellement assuré. Si vous ne le connaissez pas, vous trouverez cette information sur votre contrat d'assurance en cours.
  • de la date de votre permis de conduire (mois/année) : si vous ne vous en rappelez plus, vous trouverez cette information sur votre permis de conduire.
  • de la date de permis de conduire de votre conjoint/concubin (mois/année) si vous êtes marié(e), pacsé(e)ou concubiné(e) : si vous ne la connaissez pas, vous trouverez cette information sur votre permis de conduire.
  • de la date de mise en circulation de votre véhicule (mois/année) s'il s'agit d'assurer un véhicule qui est déjà en circulation : si vous ne vous en rappelez plus, vous trouverez cette information sur votre carte grise.
  • de la valeur de votre bonus/malus auto actuel si vous avez déjà été assuré(e) : si vous ne le connaissez pas, vous trouverez cette information sur votre dernier relevé d'information envoyé par votre compagnie d'assurance.
  • de la date du ou des sinistres (mois/année) de moins de 3 ans (si vous en avez eu) : si vous ne vous en rappelez plus, vous trouverez cette information sur votre dernier relevé d'information envoyé par votre compagnie d'assurance.
  • de la date (mois/année) et des résultats du ou des contrôles d'alcoolémie de moins de 5 ans (si vous en avez eu) : si vous ne vous en rappelez plus, vous trouverez cette information sur le procès verbal établi par les forces de l'ordre.
  • Pour les véhicules haut de gamme : de la valeur actuelle du véhicule

Assurance au kilomètre : roulez moins pour payer moins !

Invention récente, l'assurance au kilomètre, ou assurance "petit rouleur", vous permet de payer selon le nombre de kilomètres effectivement parcourus. Un produit avantageux si vous n'utilisez que rarement votre véhicule puisque le montant de la cotisation est proportionnelle à son utilisation effective.

Au moment de souscrire votre assurance auto, vous devrez estimer le nombre de kilomètres parcourus au maximum sur une année (en général, moins de 8 000 km).

La formule avec forfait kilométrique, le conducteur prend contractuellement et de manière anticipée l'engagement de ne pas dépasser un nombre défini de kilomètres parcourus pendant une année. Pour s'assurer du respect de l'engagement pris, on procède annuellement à un relevé du compteur kilométrique généralement effectué auprès d'un garagiste partenaire. Mais, il se peut aussi que l'assureur se satisfasse d'une déclaration sur l'honneur de l'automobiliste.

Quel coût en cas de dépassement de la distance fixée ?

Si l'assurance au kilomètre est une source non négligeable d'économies, elle oblige à faire preuve d'une réelle vigilance.

En effet, le conducteur qui souscrit une formule avec forfait kilométrique doit suivre avec précaution le nombre de kilomètres parcourus au volant de son véhicule afin de vérifier qu'il ne dépasse pas le kilométrage prévu.

Car, s'il ne risque a priori pas grand-chose en cas de dépassement minime, la déconvenue peut être importante si le nombre de kilomètres supplémentaires parcourus s'avère conséquent.
Dans de telles circonstances, il se peut en effet que l'assureur décide de basculer le contrat vers un régime moins favorable qui se traduira par une cotisation d'assurance auto plus onéreuse. Il est possible aussi que votre compagnie d'assurance propose une "recharge kilométrique" qui vous permettra d'augmenter votre forfait kilométrique pendant l'année.

Vous avez enfin acheté la voiture sans permis de vos rêves ? Il ne vous reste plus qu'à lui trouver une bonne assurance automobile. Et oui, son petit gabarit ne la fera pas échapper à cette obligation !

Des tarifs d'assurance auto réduits

Vous n'y échapperez pas ! Vous devez trouver une assurance voiture sans permis à votre auto ! Toutefois, rassurez-vous, car, contrairement aux autos standards, vous ne paierez pas le prix fort !
En moyenne, les tarifs en vigueur pour ce type d'assurance auto tournent autour des 600 euros et varient selon le type du véhicule, son âge ou encore le lieu de résidence du propriétaire.
Notez toutefois que les assureurs craignent le profil des conducteurs de voiturettes statistiquement plus accidentogènes. Reste que les accidents sont rares de même que les vols.

Elle renferme aussi quelques garanties bien utiles contre l'incendie, le vol ou le bris de glace.
Dans tous les cas, pensez à bien vérifier dans le contrat d'assurance les contours de votre protection.

L'assurance voiture au tiers correspond au minimum légal pour être autorisé à conduire une voiture sans permis. Elle permettra en cas de collision de rembourser les dégâts matériels et corporels causés aux tiers, y compris les passagers. En revanche, le conducteur ne sera pas couvert.

Plus chère, l'assurance tous risques permet en contrepartie de couvrir plusieurs cas de dommages que vous soyez ou non responsable :

  • un choc extérieur du véhicule
  • la chute du véhicule
  • une catastrophe naturelle

Parce qu'une erreur, un moment d'inattention ou un petit oubli peuvent avoir des répercussions non négligeables, il faut être tout à fait vigilant au moment de remplir un constat amiable. Document bien connu des usagers de la route, il prend la forme d'un formulaire, généralement délivré par votre compagnie d'assurances, à remplir suite à une collision.

Remplissez seul le constat
Ne laissez jamais, ô grand jamais, l’autre conducteur remplir la partie du constat qui vous concerne. Dans le même esprit, ne signez jamais ce document si vous n’y avez pas fait état de vos remarques et appréciations.

ATTENTION vous ne signez pas si vous n’êtes pas d’accord avec les déclarations du Tiers.

Votre signature signifie que vous acceptez les déclarations notées sur le constat, et il sera trop tard après envoi du constat à votre compagnie pour revenir sur les déclarations. Seul un nouveau constat « annule et remplace » rempli par les deux parties pourra alors être pris en compte.

Que faut-il mettre au recto du constat ?
Sur le recto (partie constat) du constat amiable à remplir sur les lieux de l'accident, renseignez la colonne qui vous est réservée en y indiquant votre nom, prénom, numéro d’immatriculation, compagnie d’assurance,…etc.

Les cases verticales du constat
Cochez les cases en vertical pour déterminer les responsabilités et décrivez les circonstances de l’accident à l’aide du croquis accompagné de vos annotations.

Signalez votre désaccord !
Si vous n’êtes pas du même avis que l’autre conducteur impliqué, signalez-le dans le cadre « Observation ». De même, ne cochez aucune case si vous estimez que les situations mentionnées ne constituent pas un reflet fidèle de la réalité. Car, ces cases l’emportent une fois cochées sur le croquis. N’hésitez pas non plus à retranscrire les témoignages de spectateurs éventuels de la collision et portez mention de leurs coordonnées.

Quelle estimation des dégâts ?
S’agissant des « dégâts apparents », leur estimation ne va pas toujours de soi. En cas de doute, signalez : « Sous réserve des dégâts matériels et mécaniques non observés ».

Gare aux corrections !
Le recto du constat amiable est enfin rempli ? Ne touchez plus à rien ! D’éventuelles corrections pourraient laisser penser à une fraude !

Passons au verso (partie déclaration) du constat amiable !
Cette partie du document peut être remplie au calme à votre domicile pour y apporter toutes les précisions que vous jugeriez nécessaires. Sachez toutefois qu’elles auront moins de poids et de valeur que les informations figurant au recto !

En cas de carambolage
Si l'accident impliquait plusieurs véhicules, remplissez un constat amiable avec le conducteur du véhicule qui vous précédait et un autre constat avec celui qui vous suivait.

Il se peut que votre voiture tombe en panne au moment où vous ne vous y attendez pas. Heureusement, votre assurance peut vous prêter main-forte en vous apportant une assistance automobile pour vous dépanner. Mais encore faut-il que votre contrat d'assurance renferme une telle garantie. Explications.

Soyez vigilant
Lors de la souscription d’une assurance auto, vous pouvez ajouter la garantie assistance. Cette garantie vous permettra de bénéficier d’un « coup de pouce » en cas de panne ou d’accident.

Dans de telles circonstances, vous n’aurez qu’à appeler l’assistance de votre assureur (numéro figurant sur la carte verte délivrée) qui vous enverra un dépanneur en cas de panne légère ou un remorquage vers un garage si la panne est plus importante. Les frais seront bien entendu à la charge de votre compagnie d’assurance.

L’assistance au kilomètre
Si la garantie assistance de votre contrat d’assurance voiture est au kilomètre, vous ne devez pas dépasser le seuil de kilométrage établi dans votre contrat.

Car, au-delà de ce kilométrage, vous ne pourrez pas bénéficier d’une assistance en cas de panne.

Pour y remédier, vous pouvez opter pour l’assistance zéro kilomètre qui vous permettra de bénéficier des services d’un dépanneur où que vous soyez, même si c’est devant votre domicile.
Quoi qu’il en soit, le plus prudent est de comparer les offres qui renferment des garanties relatives à l’assistance en cas de panne

Malgré son coût souvent élevé notamment pour les jeunes conducteurs, l’assurance auto reste indispensable avant de pouvoir conduire une voiture. D’ailleurs, la loi prévoit que le propriétaire n’a pas l’autorisation de faire immatriculer son véhicule tant que celui-ci n’est pas assuré.

Pour prétendre en cas de sinistre à l’indemnisation par votre assureur, vous devez verser une somme d’argent sur une base mensuelle ou annuelle.
En contrepartie, vous bénéficiez d’une protection de votre assurance voiture laquelle va intervenir pour indemniser les dommages subis en cas d’accident.

Quels critères pour évaluer les primes d’assurance auto ?

Les primes d’une assurance auto dépendent de plusieurs facteurs concernant l’assuré et son véhicule comme :

  1. L'âge de l'assuré (l'assurance auto jeune conducteur est particulière)
  2. La manière dont il utilise son véhicule (fréquences, distances, etc.)
  3. Ses antécédents d’automobiliste
  4. L'âge de la voiture
  5. La valeur du véhicule (sportive, de luxe, etc.)
  6. Sa puissance
  7. La zone géographique où le véhicule va circuler
  8. La nature neuve ou d’occasion du véhicule
  9. L’étendue de sa couverture
  10. Les garanties optionnelles

Par ailleurs, la franchise est un autre élément qui a son importance dans le calcul de l’assurance auto. Plus le montant de la franchise sera élevé, moins le montant de l’assurance sera important.

Assurance automobile : la surprime des jeunes conducteurs
La surprime est une pratique courante chez les assureurs. En général, elle est appliquée pour les personnes titulaires d’un permis de conduire depuis moins de 3 ans ou pour les personnes n’ayant pas justifié d’assurance voiture au cours des 3 dernières années.

La surprime d’assurance consiste donc à appliquer une majoration sur la prime d’assurance auto. La surprime décroit chaque année de moitié si le jeune conducteur n’a pas d’accident responsable. Au bout de 3 ans sans aucun accident, la surprime disparait totalement.

Assurance auto jeune conducteur : limiter la surprime
Dans le cadre d’une conduite accompagnée, la surprime peut être réduite de moitié par rapport à un jeune conducteur qui aurait fait la formation initiale. Le principe dégressif restant le même : chaque année, une diminution de 50 % de la surprime de départ, durant 3 ans.

Dans ce cas il existe une autre solution pour limiter la surprime : être déclaré en deuxième conducteur sur la voiture parentale. Si la compagnie d’assurance accepte cette solution, c’est la prime d’assurance auto des parents qui prend une surprime, mais moindre qu’une nouvelle assurance jeune conducteur.

Comparaison d’assurance auto : l’idéal pour les jeunes conducteurs
A noter que toutes les compagnies d’assurance n’appliquent pas forcément de surprime pour les jeunes conducteurs.

Si la compagnie d’assurance des parents peut être un bon départ pour s’assurer, il est également intéressant de comparer les assurances en passant par un comparateur. Sans engagement, c’est un bon moyen de faire le point sur les tarifs d’assurances pratiqués sur le marché…tout en prenant soin d’opter pour les bonnes garanties !

 

N'hésitez pas à nous contacter.